segunda-feira, 25 de julho de 2011

Plusieurs milliers "d'indignés" de toute l'Espagne manifestent à Madrid


Plusieurs milliers "d'indignés" de toute l'Espagne manifestent à Madrid
Plusieurs milliers "d'indignés" venus de toute l'Espagne, une partie d'entre eux à pied, ont manifesté dimanche 24 juillet au soir à Madrid jusqu'à la Puerta del Sol, point de départ symbolique de leur mouvement il y a deux mois, contre le chômage et la crise. 
"Cette crise, ne la payons pas", criaient les manifestants partis de la gare d'Atocha pour rejoindre la place de la Puerta del Sol, à travers les avenues du centre de Madrid. Aux cris de "allons au Congrès", "ils ne nous représentent pas", ils se sont brièvement arrêtés à l'entrée de la rue menant au Parlement, barrée par plusieurs rangées de fourgons de police, pour manifester une nouvelle fois leur colère contre les hommes politiques accusés de ne pas représenter les citoyens. 
Plusieurs centaines de manifestants étaient arrivés samedi à Madrid, en six colonnes de marcheurs, après avoir parcouru à pied, pendant un mois, des centaines de kilomètres à travers toute l'Espagne. 
ASSEMBLÉES DE QUARTIER 
A Madrid, ils ont été rejoints pas d'autres "indignés" venus de province en autocar ou en voiture, et par des habitants des différents quartiers de la capitale, toujours mobilisés à travers les assemblées de quartier malgré l'été qui a clairsemé les rangs des manifestants. 
"Les assemblées de quartier restent très actives," expliquait Lola Marina, une habitante de Batan, un quartier de l'ouest de Madrid. "Nous nous réunissons tous les samedi, nous menons différentes actions, par exemple distribuer des livres aux enfants, empêcher les expulsions de propriétaires surendettés", ajoutait cette femme de 55 ans, mère au foyer, commerçante au chômage et grand-mère, qui comme de nombreux citoyens espagnols soutient le mouvement. 
Apparus à la mi-mai, les "indignés" rassemblent des citoyens de tous horizons, jeunes, étudiants, salariés, retraités ou chômeurs, qui protestent contre un chômage record (21,29 %) et les retombées sociales de la crise économique. Ils dénoncent aussi la "corruption" des hommes politiques et réclament une réforme du système électoral
Fonte: Le Monde

Nenhum comentário: